Cirrus & Ice Melody

06/09 > 09/10 2010
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition




« À la façon d'un apprenti archéologue, je m'emploie à sonder les strates des constructions de l'homme et de son environnement. «Mon oeil agrippe un monde de matière, pour le nouer en nattes ou en tapis volant». D'amorces de récits autour de distorsions, d'assemblages, de recompositions de lieux et d'aventures, naissent des dessins de paysages architecturaux, urbains, ruraux, maritimes ou imaginaires, des assemblages de volumes, comme des emblèmes compagnes de mes mythographies. »  (Chourouk HRIECH, exposition « Soul to soul » Crac Sète Février 2010)

Composée de près de 60 dessins, l'exposition de Chourouk Hriech, « Cirrus & Ice Melody » à la JGM. Galerie, déploie et offre différentes approches graphiques. De la ligne claire à des compositions complexes, du marquer à l'encre de chine sur papier, en passant par des volumes ou des dessins muraux. Un va et vient entre différents supports, différentes familles de traçage.
Tels les principes du Ying et du yang, le noir et le blanc de ses dessins sont deux forces initiales opposées mais complémentaires et indissociables. Le maître taoïste Chang Tseu dit « l'unité n'existe pas par elle-même, c'est la dualité qui la rend apparente ».
« Cirrus & Ice Melody », est la réponse à la question « qu'est ce qui bouge plus que le ciel ? ». Les cirrus sont les nuages les plus hauts, constitués de glaces, ce qui crée des halos colorés en fonction des rencontres atmosphériques. Situés dans la troposphère, la partie la plus basse de l'atmosphère, leurs formes, leurs constitutions et leurs évolutions physiques, ont aux yeux de l'artiste un lien métaphorique avec son approche du dessin. Une pratique longue et lente, à travers une éternelle remise en jeu, « danse du trait », creusant pour une mobilité du sens, pour des figures polysémiques et pour la poésie.
Un voyage dessiné et ouvert vers la quête des meilleurs chemins pour faire l'expérience des paysages aux plusieurs visages, vivants, recomposés ou autres, faire corps à corps avec les murs le temps d'une exposition. Il s'agit d'espace, de corps et de durée.*


*note d'intention de l'artiste