Tombée du ciel

26/11 > 10/01 2011
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition




Cette deuxième exposition de Jean-François Fourtou à la JGM. Galerie est l'occasion de prendre connaissance des derniers travaux de l'artiste, en particulier de l'aménagement du domaine de Dar el Sadaka à Marrakech (Maroc) où celui-ci a son atelier et où il réside.

Né en 1964 à Paris, résidant un temps à Madrid puis à New York, Jean-François Fourtou se fait connaître dans les années 1990 par ses singulières sculptures d'animaux, brebis, girafes, escargots et autres orangs-outangs faisant de lui un héritier inspiré de François Pompon. À cette nuance près : Fourtou s'intéresse moins à l'animal d'un point de vue naturaliste qu'à toute fin de convoquer un univers mi-magique mi-mémoriel renvoyant à l'enfance, la sienne d'abord. L'autoportrait qu'élabore plastiquement Jean-François Fourtou trouve encore son expression dans un art stupéfiant de la reconstitution. Objets de toutes son attention : cabanes, maisons, intérieurs ou cachettes, des lieux spécifiques réels comme disparus,  réalisés à différentes échelles, tous en lien intime avec un aspect de sa vie personnelle.
Le grand oeuvre de Jean-François Fourtou, en chantier depuis maintenant une décennie, prend la forme insolite d'un chantier de construction dans les environs de Marrakech, sous la forme d'une synthèse. Objectif : rassembler sur un seul site toutes ses créations, qui sont pareillement ses obsessions. Façonné jour après jour dans cet esprit, le domaine de Dar el Sadaka accueille aujourd'hui sur dix hectares au pied de l'Atlas un ensemble unique en son genre : bestiaire incongru, avec chevaux, girafes ou encore oies sculptées ; intérieurs de maisons traditionnelles reconstitués pour grands et petits ; maison charentaise reproduite grandeur nature (enfant, l'artiste passait ses vacances à Fouras, sur l'Atlantique), comme tombée du ciel, plantée sur son toit au milieu des oliviers, et qu'on visite en y entrant par une fenêtre. Comment qualifier cet ensemble à expérimenter, spectateur, sur fond d'absorption en soi, en laissant à notre tour mouliner notre cerveau trop lourd de son passé ?                                    


Paul Ardenne

Pour cette nouvelle exposition à la JGM. Galerie, Jean-François Fourtou présentera une série de mises en scène photographiques autour de la Maison Tombée du Ciel, dernière réalisation de l'artiste sur le domaine de Dar el Sadaka. Comme autant d'éléments perturbateurs, un bestiaire composé d'oies, de tortues, d'escargots participera à  cette impression d'étrangeté, cette part d?enfance et d?onirisme qu'éveille la Maison à l'envers.