Passage, Voix, Désir

12/03 > 07/05 2016
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition
Vue de l'exposition




La Galerie Mitterrand est heureuse d’annoncer une nouvelle exposition de l’artiste grecque Marina Karella. Intitulée Passage, Voix, Désir, elle réunit un ensemble de peintures récentes librement inspirées de la poésie de Constantin Cavafy (1863-1933).

Marina Karella est une artiste pluridisciplinaire, à la fois peintre et sculpteur, elle a commencé sa carrière en créant des costumes et des décors pour le théâtre et le cinéma. Sa formation aux côtés de son maître Tsarouchis lui a permis d’inscrire sa pratique dans l’héritage de la peinture figurative symboliste et expressionniste. Son œuvre se caractérise par des représentations nimbées où la lumière irradie et floute notre perception. Les intérieurs, les paysages maritimes ou les portraits évoquent une certaine étrangeté, entre apparition et souvenir partiellement effacé. La série des drapés réalisée dans les années 1970-80, peints mais également sculptés, témoigne de la dimension mystérieuse de l’œuvre de Marina Karella, elle matérialise la présence d’un corps absent et célèbre l’intemporalité mi abstraite et mi figurative du drapé. L’artiste est aussi connue pour ses portraits réalisés à l’aquarelle sur plusieurs feuilles de papier assemblées à la manière d’un collage. Dans ses œuvres récentes, Marina Karella peint des paysages oniriques presque abstraits et ses citations sont plus volontiers d’ordre poétique.

Pour son exposition Passage, Voix, Désir, Marina Karella présente un nouvel ensemble de peintures qui exprime une vision idéalisée de la nature et de l’homme. Véritable hommage à la beauté antique, les tableaux représentent les jeunes hommes qui peuplent la poésie brûlante du poète grec Constantin Cavafy, chantre de la « corporéité » et de l’exaltation du nu masculin, également récurrente chez Tsarouchis. Les visiteurs plongent dans l’univers nostalgique, sensuel et intime du poète. On retrouve la délicatesse, l’innocence et le spiritualisme des grands maîtres du Symbolisme, de Burne-Jones à Puvis de Chavannes. Avec son exposition, Marina Karella nous offre un voyage merveilleux au cœur de l’érotisme cavafien. Niki de Saint Phalle, sa grande amie, écrivait dans une lettre rédigée en 1993 : « Marina, […] Like Cavafy’s poems your paintings are full of life – fleeting life. […] The mystery remains, the mystery necessary to all true art. »

Marina Karella est née en 1940 à Athènes, en Grèce. Elle vit et travaille en Grèce. Elle a été formée à Athènes en assistant Yannis Tsarouchis puis à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris où elle s'installe en 1972. Parmi les nombreuses expositions auxquelles elle a participé, on retrouve notamment le Museum of Contemporary Art Thessaloniki (2013), au Benaki Museum, Athènes (2005), au Musée National d'Art Moderne, Paris (1992), à la Iolas Gallery, New York (1982), Centre George Pompidou, Paris (1979). Certaines de ses œuvres font partie des collections permanentes du Centre Pompidou, du Musée Vorres d'Athènes, du Musée Thyssen-Bornemisza à Madrid ou encore du Yokohama Center au Japon mais également de nombreuses collections particulières.