Jean Tinguely

Güllerugger, 1972
Fer, bois, caoutchouc oeints et moteur électrique, Pièce unique

Jean Tinguely étudie à l'École des beaux-arts de Bâle, découvre Schwitters et Klee et se passionne pour le Bauhaus et pour les constructivistes. Installé en France à partir de 1953, il réalise ses premières machines mobiles ironiques et absurdes qui marquent le début de sa carrière artistique. Il pratique alors, dit-il, « la peinture abstraite d'une manière désespérée », avant d'en finir, quelques années plus tard, une fois pour toutes avec la peinture et l'abstraction en créant ses Méta-matics, machines à dessiner automatiques, animées par un moteur à explosion. A la fin des années 1960, plusieurs expositions lui seront consacrées Outre-Atlantique, notamment la première rétrospective de son œuvre à Chicago en 1968. Les années 1980 marqueront la création d’œuvres monumentales et d’aménagements urbains, comme la fontaine Stravinski à Paris, conçue de concert avec Niki de Saint Phalle. Découpant le métal en parfait artisan, assemblant sans ordre apparent les objets les plus divers qui manifestent inlassablement leur tapageuse et bruyante existence, créant par d'incessantes combinaisons les formes animées de ses superbes machines en perpétuel devenir, et cela jusqu'à l'anéantissement, Jean Tinguely a élaboré une des œuvres de sculpteur les plus personnelles de notre époque.


Né le 22 mai 1925 à Fribourg, Suisse et décédé le 30 août 1991 à Berne, Suisse.


À la fin des années 1960, plusieurs expositions lui seront consacrées Outre-Atlantique, notamment la première rétrospective de son œuvre à Chicago en 1968. Les années 1980 marqueront la création d’œuvres monumentales et d’aménagements urbains, comme la fontaine Stravinski à Paris, conçue de concert avec Niki de Saint Phalle.




Share to Facebook Pinterest Share to Google